glise de Saint-Romuald

 Visite virtuelle de l'intérieur

 

 

É

Cliquer sur les images pour agrandir

Construite entre 1855 et 1856 grâce à l’initiative de l’abbé Sax selon les plans de l'architecte Charles Baillargé (1826-1906), par les entrepreneurs-maçons Louis et Joseph Larose, les charpentiers Paul et Joseph Breton et le menuisier Édouard Gaboury.

 

L’ensemble du décor de cette église constitue en lui-même une œuvre d’art exceptionnelle.

 

En 2004, l’église de Saint-Romuald a été classée monument historique par le ministère de la Culture et des Communications du Québec ainsi que dix-sept œuvres d’art qui se trouvent à l’intérieur.

 

Les fresques sont une réalisation de l’artiste germanique Wilhelm Lamprecht. La décoration des murs et de la voûte a été complétée par deux autres artistes, Louis Lang et Vladislav Thien.

 

Les huit statues polychromes qui ornent le chœur sont l’œuvre d’un autre artiste allemand, dénommé Rüdmiller.

 

L’église de Saint-Romuald est aussi la plus belle manifestation du travail de collaboration des grands artistes  de l’École de sculpture de Saint-Romuald qui ont su utiliser et concerter tous leurs talents. Le décor unique d’un grand intérêt artistique est constitué entre autre par des œuvres remarquables provenant des artistes appartenant à cette école. Actifs pendant plus d'un siècle (des années 1870 aux années 1970), leur renommée s'étend même à l'extérieur du Québec.

En 1874, les sculpteurs Ferdinand Villeneuve et Louis Saint-Hilaire exécutent les autels selon les plans de l'architecte allemand Georg Schneider.

 

En 1921, la chaire faite de noyer tendre et de cerisier rouge, conçue par l'entrepreneur Joseph Saint-Hilaire et réalisée par le sculpteur Lauréat Vallière et le menuisier Joseph Lacroix, remplace celle d'origine. Saint-Hilaire pare l'abat-voix de L'Ange du Jugement dernier, ou L’Ange à la trompette, une statue de la fin du XVIIe siècle qui a d'abord orné l'ancienne chaire de la chapelle de l'Hôpital général de Québec.

 

Vallière sculpte les statues de la nef : le Christ en croix, le Sacré-Cœur et Saint-Jean de Brébeuf, les trois en bois polychrome. Il exécute également, en 1933, les fonts baptismaux avec son fils Robert et la clôture de chœur qui compte douze médaillons représentant chacun des apôtres avec Willie Hallé et Arthur Bernier.

 

J.-Georges Trudelle et son fils Henri achèvent le décor avec la table de communion el la balustrade du chœur, réalisées en 1947.