Accueil - Patrimoine bâti - Maison de l'ancienne douane

MAISON

de l’ancienne douane

1736, chemin du Fleuve

Cette résidence en bois d’inspiration anglo-normande (synthèse d’influence française et anglaise) construite en 1837 se caractérise par son plan carré, les éléments symétriques de sa façade et son toit pavillon à quatre versants.

Elle fut conçue à l’origine comme un bureau de douane pour l’obtention des permis d’amarrage et pour la déclaration des marchandises qui transitaient à New Liverpool. Fait intéressant, lors de sa restauration en 1999, une pièce de monnaie a été trouvée à l’intérieur du mur avant de la maison. Émise par la City Bank et frappée en cuivre, elle date de 1837, l’année de la Rébellion des Patriotes. Ce « jeton » ou Token avait la valeur d’un sou (un demi-penny).

Ce bâtiment nous rappelle l’activité économique qui se déroulait aux abords du fleuve au milieu du XIXe siècle : le commerce du bois et les chantiers navals.

En 1809, George et William Hamilton, d’origine écossaise, bâtissent les installations de l’établissement consacré au commerce et à l’exportation du bois ainsi qu’à la construction navale. Ce secteur prendra à partir de ce moment le nom de New Liverpool. Le chantier des frères Hamilton est repris par la compagnie Price. Plus tard, en 1847, William John Chapman Benson, jeune homme d’origine anglaise, se porte acquéreur de ce domaine. Avec son chantier de construction de navires, ses jetées, ses quais, ses maisons et ses bâtiments sur la plage, la propriété de Benson constitue l’un des principaux établissements de la zone portuaire. À sa mort, survenue subitement en 1850, ses enfants héritent du domaine qui sera vendu et deviendra la propriété d’Edward Harper Wade, marchand de bois. 

 

Source: Société d'histoire de Saint-Romuald

Pièce de monnaie retrouvée à l'intérieur du mur de la maison lors des rénovations. Source: Christelle Maître et Michel Duchesne

Photo tirée du livre  de Jacques Lemieux, Longwood, Le voyage immobile , 2007.

Gershom Davie Anderson, 1878- 1941

 Il était le fils de John Anderson, vivant à Chaudière-Bassin en 1869, et de Clémentine Davie de Lévis.

Gershom Davie Anderson était gérant de John Breakey Limited, compagnie qui faisait l’exploitation et le commerce du bois dans la région. L’actuelle ville de Breakeyville fut fondée par la famille Breakey en 1909. Monsieur Anderson fut le 4e maire de la ville de 1917 à 1937.

En 1906, il épousa Gladys Harper Wade, fille d’Edward Harper Wade et Margaret Simons.

À la suite du décès de son beau-père Edward, survenu en 1925, tous les biens hérités par sa belle-mère Margaret lui seront confiés.