Cliquer sur les images pour agrandir

Église Saint-Thomas- d'Aquin

L’église Saint-Thomas d’Aquin, à Sainte-Foy, fut conçue par l’architecte Philippe Côté suivant un style gothique mais à la fois simple. Les murs extérieurs sont en blocs de granit el la charpente apparente, de style ogival, en béton armé. L’intérieur, sobre et simple dans les lignes, est fini de plâtre aux couleurs variées. L’église fût inaugurée le 21 août 1955 et bénie le 9 octobre de la même année.

Saint Thomas d'Aquin

Saint Thomas d'Aquin

Sculpture de Lauréat Vallière en bois de chêne naturel. Sur le piédestal nous y trouvons trois panneaux avec des petits livres en relief, placés sur des fonds de feuilles de fleurs et d'arbres. Les principaux écrits de Saint Thomas y sont representés.

Détail du piedestal de Saint Thomas

Détail du piedestal de Saint Thomas

Relief œuvre de Lauréat Vallière.

Christ en croix

Christ en croix

Au-dessus du maître-autel. Ronde-bosse grandeur nature sculptée dans le bois de chêne naturel. Sculpture de Lauréat Vallière.

Base du maître-autel

Base du maître-autel

Représentation de deux cerfs qui s'abreuvent à une source semblant venir du tabernacle.

L'ange à l'encensoir

L'ange à l'encensoir

Bas-relief situé du côté droit du maître-autel. Œuvre de Lauréat Vallière.

Détail de l'ange à l'encensoir

Détail de l'ange à l'encensoir

Bas-relief de Lauréat Vallière.

Arrière du maître-autel

Arrière du maître-autel

Dix-neuf reliefs sculptés où sont représentés symboliquement les sept sacrements et d'autres scènes . Chacune des scènes sculptées par Lauréat Vallière se superpose sur un fond de feuilles d'arbre d'essence canadienne. Toutes les scènes sont exécutées avec un triangle, symbole de la Trinité.

Le sacrement du Baptême

Le sacrement du Baptême

En arrière du maître-autel. Détail du relief.

Partie arrière du maître-autel

Partie arrière du maître-autel

Détail du relief, feuilles et fruits du chêne.

La tiare du pape et les clefs

La tiare du pape et les clefs

Arrière du maître-autel. Détail du relief.

Moinillons à l'extrémité des bancs

Moinillons à l'extrémité des bancs

Moinillons en relief sculptés à l'extrémité de chacun des bancs de la nef. Ils indiquent le numéro de banc représenté dans un petit livre qu'ils tiennent dans les mains.

Moinillon à l'effigie du sculpeur

Moinillon à l'effigie du sculpeur

Détail d'un moinillon. Lauréat Vallière a signé son travail en sculptant un moinillon à son effigie: le banc numéro 202.

Moïse au-dessus de la chaire

Moïse au-dessus de la chaire

Moïse tient dans sa main droite les Tables des dix commandements et sa main gauche élevée, commande l'attention. Église Saint-Thomas-d 'Aquin, Québec. Sculpture en bois de chêne naturel. Œuvre de Lauréat Vallière.

Détail de l'ambon de la chaire

Détail de l'ambon de la chaire

Panneaux sculptés en relief où on retrouve les quatre évangélistes: l'ange pour Saint-Mathieu, le bœuf pour Saint-Luc, le lion pour Saint-Marc et l'aigle pour Saint-Jean.

Détail de l'ambon de la chaire

Détail de l'ambon de la chaire

Panneaux sculptés en relief où on retrouve les quatre évangélistes: l'ange pour Saint-Mathieu, le bœuf pour Saint-Luc, le lion pour Saint-Marc et l'aigle pour Saint-Jean.

Détail de la chaire

Détail de la chaire

Relief de Lauréat Vallière. Feuilles entrelacées de nos principaux arbres canadiens: l'érable, le chêne, le hêtre, le merisier. Dans les livres sculptés, nous trouvons des textes des quatre évangélistes.

Jeune amérindienne

Jeune amérindienne

Dans les stalles du chœur, sept figures ont été sculptées par Vallière. Ici, une jeune amérindienne, la tête ceinte d'un bandeau, les doigts entrelacés d'un chapelet, elle représente Kateri Tekakwitha, fille d'un père iroquois et d'une mère chrétienne algonquine. Elle a été béatifiée en 1980.

Jeune femme tenant un parchemin

Jeune femme tenant un parchemin

Relief sculpté faisant partie des stalles du chœur.

Femme coiffée d'un diadème.

Femme coiffée d'un diadème.

L'index et le majeur de sa main droite sont levés. Figure non identifiée. Relief de L. Vallière.

Siège de l'évêque

Siège de l'évêque

Côté gauche du chœur. Deux anges sont placés sur le dossier de la chaise. Un relief sculpté représente la fonction de l'évêque d'administrer le sacrement de l'Ordre. Œuvre de Lauréat Vallière.

Son intérieur

L’ameublement et les boiseries de bois de chêne ainsi que l’ensemble de la sculpture sont l’œuvre de Lauréat Vallière. Le tout est imprégné des symboles liturgiques. Lauréat Vallière, réalise toutes les sculptures et les décorations de 1954 à 1962.

 

Dans cette église on peut apprécier dans toute son envergure le travail monumental et minutieux d’un artiste talentueux, créatif et imaginatif.

 

La statue du patron et protecteur de l’église, Saint-Thomas d’Aquin, fut sculptée en bois de chêne en 1957. Il est représenté avec une plume dans sa main droite et un livre dans sa main gauche. À la base se trouvent des panneaux sculptés qui nous rappellent les titres des principales œuvres du saint qui ont marqué la théologie catholique.

Expression artistique

Le chœur de l’église est dominé par un Christ en croix, une ronde-bosse grandeur nature, sculpté dans le bois de chêne. Il est suspendu au mur.

 

Derrière le maître-autel, dix-neuf panneaux sculptés en relief nous rappellent les symboles des sept sacrements de la vie chrétienne : le Baptême, la Confirmation, la Pénitence, l’Eucharistie, l’Extrême-onction, l’Ordre et le Mariage. Entre ces symboles furent sculptés des rectangles ornés de feuilles et de fruits.

 

La chaire constitue un ensemble monumental. Moïse dominant appelle les fidèles à la Parole de Dieu. Sur ce haut-relief, dessiné et sculpté par Vallière, Moïse tient dans sa main droite les Tables des dix commandements, alors que sa main gauche, élevée, commande l’attention. L’ambon est formé de panneaux sculptés en relief où nous pouvons voir des feuilles entrelacées des arbres canadiens : érable, chêne, hêtre et merisier. Sur ces mêmes panneaux on retrouve les symboles des quatre évangélistes : l’ange pour Saint-Mathieu, le bœuf pour Saint-Luc, le lion pour Saint-Marc et l’aigle pour Saint-Jean. Plus bas, on trouve des écrits des quatre évangélistes en forme de livre. Un aigle aux ailes déployées sert aussi de lutrin.