Cliquer sur les images pour agrandir

Église Saint-Thomas- d'Aquin

L’église Saint-Thomas d’Aquin, à Sainte-Foy, fut conçue par l’architecte Philippe Côté suivant un style gothique mais à la fois simple. Les murs extérieurs sont en blocs de granit el la charpente apparente, de style ogival, en béton armé. L’intérieur, sobre et simple dans les lignes, est fini de plâtre aux couleurs variées. L’église fût inaugurée le 21 août 1955 et bénie le 9 octobre de la même année.

Son intérieur

L’ameublement et les boiseries de bois de chêne ainsi que l’ensemble de la sculpture sont l’œuvre de Lauréat Vallière. Le tout est imprégné des symboles liturgiques. Lauréat Vallière, réalise toutes les sculptures et les décorations de 1954 à 1962.

 

Dans cette église on peut apprécier dans toute son envergure le travail monumental et minutieux d’un artiste talentueux, créatif et imaginatif.

 

La statue du patron et protecteur de l’église, Saint-Thomas d’Aquin, fut sculptée en bois de chêne en 1957. Il est représenté avec une plume dans sa main droite et un livre dans sa main gauche. À la base se trouvent des panneaux sculptés qui nous rappellent les titres des principales œuvres du saint qui ont marqué la théologie catholique.

Expression artistique

Le chœur de l’église est dominé par un Christ en croix, une ronde-bosse grandeur nature, sculpté dans le bois de chêne. Il est suspendu au mur.

 

Derrière le maître-autel, dix-neuf panneaux sculptés en relief nous rappellent les symboles des sept sacrements de la vie chrétienne : le Baptême, la Confirmation, la Pénitence, l’Eucharistie, l’Extrême-onction, l’Ordre et le Mariage. Entre ces symboles furent sculptés des rectangles ornés de feuilles et de fruits.

 

La chaire constitue un ensemble monumental. Moïse dominant appelle les fidèles à la Parole de Dieu. Sur ce haut-relief, dessiné et sculpté par Vallière, Moïse tient dans sa main droite les Tables des dix commandements, alors que sa main gauche, élevée, commande l’attention. L’ambon est formé de panneaux sculptés en relief où nous pouvons voir des feuilles entrelacées des arbres canadiens : érable, chêne, hêtre et merisier. Sur ces mêmes panneaux on retrouve les symboles des quatre évangélistes : l’ange pour Saint-Mathieu, le bœuf pour Saint-Luc, le lion pour Saint-Marc et l’aigle pour Saint-Jean. Plus bas, on trouve des écrits des quatre évangélistes en forme de livre. Un aigle aux ailes déployées sert aussi de lutrin.